Catherine Lalumière, une femme pionnière de la construction européenne

Œuvrant pour l’élargissement, Catherine Lalumière a marqué de son empreinte la construction européenne, aussi bien au ministère des Affaires étrangères qu’au Conseil de l’Europe. Le Quai d’Orsay rend hommage à cette femme pionnière.

A travers les portraits de femmes françaises diplomates qui ont marqué l’histoire, le Quai d’Orsay rend hommage à ces pionnières de la diplomatie au féminin.

Catherine Lalumière

Une juriste engagée devenue Ministre de de la Consommation

Originaire de Rennes et docteure en droit public, Catherine Lalumière entreprend une carrière universitaire en tant que maître de conférences. Engagée politiquement, elle devient Secrétaire d’État chargée de la Fonction publique, puis Ministre de la Consommation au sein du gouvernement de Pierre Mauroy au cours des années 1980.

Première femme Secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes

En 1984, Catherine Lalumière devient la première femme nommée Secrétaire d’État chargée des Affaires européennes. A ce titre, elle suit l’important dossier de l’entrée de l’Espagne et du Portugal dans la Communauté européenne. Elle rend l’utopie européenne possible en signant pour la France l’accord de Schengen de 1985 qui ouvre la voie à la libre circulation en Europe ; accord qui deviendra par la suite un symbole de la liberté de circulation dépassant les frontières de l’Europe.

JPEG

Secrétaire générale du Conseil de l’Europe

Elle poursuit son parcours européen et devient Secrétaire générale du Conseil de l’Europe en 1989. La période est marquée par la fin de l’URSS et l’ouverture du bloc de l’Est. Catherine Lalumière œuvre au rapprochement avec les États d’Europe centrale et orientale.

Puis, élue députée européenne, elle travaille au sein des commissions des Affaires étrangères et de la Sécurité commune et de la Politique de défense. Elle exerce également la fonction de vice-présidente du Parlement européen de 2001 à 2004.

Un engagement continu service de l’Europe

Elle préside depuis 2003 la Maison de l’Europe de Paris. Puis, elle fut à la tête de la Fédération Française des Maisons de l’Europe (FFME) de mars 2008 à mars 2017 et ainsi que vice-présidente du Mouvement européen international.

Retrouvez son témoignage dans le livre Artisans de l’Europe, édité sous présidence française du Conseil de l’Europe en 2019 (édition Nuée bleue), à l’occasion du 70e anniversaire de l’Organisation.

JPEG

Dernière modification : 21/09/2021

Haut de page