L’Europe de la Défense, une Europe protectrice et responsable

(Munich, 5 février 2011) - Tribune de Michèle Alliot-Marie, Ministre d’Etat, Ministre des affaires étrangères et européennes

L’Europe de la Défense, une Europe protectrice et responsable

L’idée de Défense européenne exprime une vision ambitieuse de l’Union Européenne.

Celle d’une Europe puissance, capable d’assurer seule sa sécurité. Celle d’une Europe généreuse, engagée pour la paix et la stabilité en Afrique, au Moyen-Orient. Celle d’une Europe proche des citoyens, soucieuse de les protéger face aux nouvelles formes d’insécurité.

Ces menaces sont aujourd’hui globales, multiples, polymorphes. Face au terrorisme, au crime organisé, aux trafics d’armes ou de stupéfiants, ou aux catastrophes naturelles, aucun Etat ne peut prendre le risque de baisser la garde.

Sous l’effet de la crise économique et financière, les efforts de défense, notamment, y compris le nôtre, mais aussi les budgets allemand, britannique et italien, sont en recul relatif.

S’il est vrai que la crise économique et financière nous oblige à davantage de discipline en matière budgétaire, elle ne saurait néanmoins justifier un repli sur soi ou une indifférence aux enjeux de long terme. Aujourd’hui, le risque de déclassement stratégique de l’Europe est une réalité. Le parapluie américain n’étant ni universel ni éternel, les Européens doivent être en mesure de se doter de leurs propres capacités pour défendre la paix et la sécurité au sein et au-delà des frontières européennes.

La France, avec ses partenaires européens, veut donc donner un nouvel élan à l’Europe de la Défense. Le sommet franco-britannique du 2 novembre a renforcé la coopération de deux acteurs majeurs de la Défense en Europe. Désormais, une véritable relance de la politique européenne de sécurité et de défense s’engagera autour de quelques axes clairs.

Face aux menaces, la modernisation de nos capacités d’anticipation et de prospective est indispensable. Développer des satellites de reconnaissance, à travers l’agence européenne de défense, nous aidera à mieux anticiper, planifier et gérer les crises.

En situation de crise, les Européens doivent pouvoir décider, théâtre par théâtre, du cadre d’opération dans lequel leurs forces sont déployées, Union Européenne, ONU ou OTAN. Mettre en place un état-major de planification et de conduite des opérations peut nous donner ce choix et nous permettre d’intervenir rapidement là où la situation l’impose.

L’Union Européenne et l’OTAN contribuent à notre sécurité. Le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN renforce cette complémentarité. Renforcer la coopération entre les deux institutions peut nous permettre de choisir indifféremment l’une ou l’autre selon la nature des opérations.

La France, l’Allemagne et la Pologne travaillent en accord avec le Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Face aux enjeux de la sécurité collective, nous défendons une « Europe puissance », puissance de paix, au service des valeurs humanistes, de la liberté des Nations et de la sécurité des citoyens.

Dernière modification : 07/02/2011

Haut de page