La France participe aux célébrations du 70e anniversaire de la Convention européenne de droits de l’Homme

Le Secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, M. Clément Beaune, a participé ce mercredi 4 novembre 2020 au 130e Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, sous présidence grecque. L’occasion de célébrer ensemble les 70 ans de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et libertés fondamentales.

La Convention de sauvegarde des droits de l’homme et libertés fondamentales, plus connue sous le nom de Convention européenne des droits de l’homme a été ouverte à la signature le 4 novembre 1950, il y a exactement 70 ans. Elle a été le premier instrument concrétisant et rendant contraignants les droits de l’Homme à l’échelle supranationale. Ratifiée par les 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, elle protège en dernier ressort les droits de plus de 830 millions d’Européens qui peuvent déposer une requête devant la Cour européenne des droits de l’Homme, basée à Strasbourg. Si la Cour juge que les droits humains du requérant ont été violés, le pays concerné doit lui rendre justice et prendre des mesures pour faire en sorte que la même situation ne se répète plus. Le système de la Convention européenne des droits de l’Homme ne coûte au contribuable européen que 10 centimes par personne et par an. Cette vieille dame de 70 ans a rendu plus de 17 000 arrêts et change encore, partout en Europe, la vie des gens : retrouvez comment à travers ces vidéos de douze personnes qui ont invoqué la Convention européenne des droits de l’homme pour obtenir justice

Participant au nom de la France au 130e Comité des Ministres, ce mercredi 4 novembre 2020, le Secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, M. Clément Beaune, a souligné dans un message vidéo la nécessité de défendre, aujourd’hui plus que jamais, l’État de droit, la démocratie, les droits de l’Homme : « Les valeurs fondamentales qui unissent notre Europe (…) sont notre force. Elles nous réunissent et nous permettent d’agir sans trembler dans la lutte contre le terrorisme et contre toutes les menaces ». Face à l’obscurantisme, une initiative en particulier, lancée sous présidence française (mai-novembre 2019) et poursuivie par la présidence grecque, a été saluée par plusieurs ministres européens : le lancement d’un Observatoire pour l’enseignement de l’histoire en Europe. « L’enseignement, la transmission, les Lumières au fond, c’est ce qui fera que nos valeurs s’imposeront et triompheront face à tous les dangers », a rappelé le Secrétaire d’Etat. Vous pouvez visionner la vidéo de son intervention et en lire le texte complet sur ce lien

PDF - 576.2 ko
(PDF - 576.2 ko)

.

PNG

Le 130e Comité des Ministres a également endossé la Déclaration politique d’Athènes intitulée « Répondre efficacement à une crise sanitaire dans le plein respect des droits de l’homme, de la démocratie et de l’État de droit ». Elle renouvelle l’attachement des Etats membres à la Convention européenne des droits de l’Homme le jour de son 70ème anniversaire, et rappelle les principes fondamentaux à respecter dans la lutte contre la crise sanitaire, en veillant à protéger les populations vulnérables et garantir les droits sociaux dont le droit à la santé, l’accès à l’information ou encore la liberté d’expression.

Enfin, les Ministres ont adopté plusieurs décisions portant sur la réponse apportée par le Conseil de l’Europe face à la crise sanitaire, l’efficacité à long terme du système de la Convention européenne des droits de l’Homme, le rôle du Conseil de l’Europe en réponse aux conflits et crises en Europe et la coopération du Conseil de l’Europe avec les régions voisines. En savoir plus : [site de la présidence grecque]

Dernière modification : 06/11/2020

Haut de page