Ukraine - Hôpital pédiatrique de Marioupol (9 mars 2022)

La France condamne avec la plus grande vigueur les frappes des forces armées russes ciblées contre l’hôpital pédiatrique de Marioupol, qui ont fait plusieurs victimes, y compris un enfant. Il s’agit d’une violation flagrante massive du droit international humanitaire.

Depuis une dizaine de jours, la ville de Marioupol et ses 300 000 habitants est assiégée par les forces armées russes et subit des bombardements incessants, qui ont causé la mort de très nombreux civils à ce jour. L’attaque est intervenue alors qu’un cessez-le-feu avait été agréé pour permettre l’évacuation de civils.

Les obligations de respect du droit international humanitaire s’imposent à toutes les parties à un conflit armé. Il importe que ces violations du droit humanitaire, potentiellement constitutives de crimes de guerre, ne restent pas impunies et puissent être documentées, notamment dans le cadre de l’enquête ouverte par le procureur général de la cour pénale internationale.

La France réitère ses appels à un cessez-le-feu immédiat sur l’ensemble du territoire ukrainien et à un accès humanitaire libre et sans entrave.

La Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a de son coté dénoncé « une autre atrocité commise contre les résidents de Marioupol et d’autres villes en Ukraine dans cette guerre ».

Dernière modification : 18/03/2022

Haut de page